Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog


L'incontournable Jean dela Fontaine s'est servi de nombreuses fois de notre félin favori pour illustrer ces contes.


RAMINAGROBIS dans :




LE VIEUX CHAT ET LA JEUNE SOURIS


Une jeune souris, de peu d'expérience,

Crut fléchir un vieux chat, implorant sa clémence,
Et payant de raisons le Raminagrobis
                « Laissez-moi vivre une souris
                De ma taille et de ma dépense
                Est-elle à charge en ce logis?
               Affamerais-je, à votre avis,
                L'hôte, l'hôtesse, et tout leur monde ?
                D'un grain de blé je me nourris
                Une noix me rend toute ronde.
A présent je suis maigre attendez quelque temps
Réservez ce repas à Messieurs vos enfants.»
Ainsi parlait au chat la souris attrapée.
                L'autre lui dit « Tu t'es trompée
Est-ce à moi que l'on tient de semblables discours ?
Tu gagnerais autant à parler à des sourds.
Chat, et vieux, pardonner ? cela n'arrive guères.
                Selon ces lois, descends là-bas
                Meurs, et va-t-en, tout de ce pas,
                Haranguer les soeurs filandières
Mes enfants trouveront assez d'autres repas.»
                Il tint parole ; et, pour ma fable,
Voici le sens moral qui peut y convenir
La jeunesse se flatte, et croit tout obtenir ;
               La vieillesse est impitoyable.










illustré par Gustave Doré







RODILARDUS   dans :





Conseil tenu par les Rats" de Jean DE LA FONTAINE


Un Chat, nommé Rodilardus,
Faisoit des Rats telle déconfiture
Que l'on n'en voyoit presque plus,
Tant il en avoit mis dedans la sépulture.
Le peu qu'il en restoit, n'osant quitter son trou,
Ne trouvoit à manger que le quart de son sou,
Et Rodilard passoit, chez la gent misérable,
Non pour un chat, mais pour un diable.
Or un jour qu'au haut et au loin
Le galant alla chercher femme,
Pendant tout le sabbat qu'il fit avec sa dame,
Le demeurant des Rats tint chapitre en un coin
Sur la nécessité présente.
Dès l'abord, leur Doyen, personne fort prudente,
Opina qu'il falloit, et plus tôt que plus tard,
Attacher un grelot au cou de Rodilard ;
Qu'ainsi, quand il iroit en guerre,
De sa marche avertis, ils s'enfuiroient en terre ;
Qu'il n'y savoit que ce moyen.
Chacun fut de l'avis de Monsieur le Doyen,
Chose ne leur parut à tous plus salutaire.
La difficulté fut d'attacher le grelot.
L'un dit : "Je n'y vas point, je ne suis pas si sot";
L'autre : "Je ne saurois." Si bien que sans rien faire
On se quitta. J'ai maints chapitres vus,
Qui pour néant se sont ainsi tenus ;
Chapitres, non de rats, mais chapitres de moines,
Voire chapitres de chanoines.
Ne faut-il que délibérer,
La Cour en conseillers foisonne ;
Est-il besoin d'exécuter,
L'on ne rencontre plus personne.

Jean de la Fontaine.








                                                            illustré par Gustave Doré








LES CONTES DU CHAT PERCHE  de Marcel Aymé

 



Qui n'a pas eu l'occasion de lire ce magnifique ouvrage pour la jeunesse écrit par Marcel Aymé. J'en ai des souvenirs extraordinaires, de fraîcheur, de joie de vivre, c'est véritablement l'un de mes plus beaux souvenirs d'enfance.


Le chat s'appelle ALPHONSE  :





Delphine et Marinette sont deux petites filles malines vivant chez leurs parents à la campagne. Ceux-ci sont plutôt rude, et n’apprécient pas trop les amusement des filles, ils préfèreraient qu’elles travaillent à leur coté pour les travaux de la ferme plutôt que de les voir gambader et compter fleurette avec les animaux. Il faut dire qu’elles s’entendent à merveille avec tous, du coq à l’âne, de la vache au cochon, du bœuf au cheval. Sans oublier le chat, c’est lui-même qui raconte les histoires de ces fillettes, ou plutôt les histoires des animaux de la ferme, car ce sont eux les véritables héros.














LE ROMAN DE RENART

 





Encore un livre que j'adore et que j'ai fait connaître à mes enfants car c'est un trésor de la littérature. Comment ne pas s'émerveiller devant le tableau de ces animaux  tour à tour espiègles, voleurs, facétieux qui ne font aucunement honte à la race humaine ?


C'est TIBERT, le héro félin du roman de renart et il se fit malgré lui piéger par Renart mais se montra régulièrement un rival également rusé.






 

 







Le chat est vraiment le personnage favori de mes lectures d'enfant.....prenez le CHAT BOTTE, qui peut dire ne pas aimer ce chat rusé...et botté de surcroit ?



LE CHAT BOTTE  de Charles  Perrault :








                                                                   Illustré par Gustave Doré

 

 

 

 

 








LE CHAT QUI S'EN VA TOUT SEUL




De Rudyard Kipling