Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caroleone

Ce nom de Minouche fit encore sourire Pauline, de sa bouche grave. Elle se baissa, elle caressa la chatte, qui vint aussitôt se frotter contre sa jupe, la queue en l’air….

Et ronronnante, l’échine souple, avec des grâces de jeune chèvre, elle donnait de grands coups de tête dans le menton de l’enfant. C’était sa façon de se caresser, on sentait son nez froid et l’effleurement de ses dents pointues, tandis qu’elle dansait sur ses pattes, comme un mitron pétrissant de la pâte….

Cette Minouche était une gueuse, qui, quatre fois par an, tirait des bordées terribles.

Brusquement, elle si délicate, sans cesse en toilette, ne posant la patte dehors qu’avec des frissons, de peur de se salir, disparaissait des deux ou trois jours.

On l’entendait jurer et se battre, on voyait luire dans le noir, ainsi que des chandelles, les yeux de tous les matous de Bonneville. Puis, elle rentrait abominable, faite comme une traînée, le poil tellement déguenillé et sale, qu’elle se léchait pendant une semaine. Ensuite, elle reprenait son air dégoûté de princesse, elle se caressait au menton du monde, sans paraître s’apercevoir que son ventre s’arrondissait.

Un beau matin, on la trouvait avec des petits. Véronique les emportait tous, dans un coin de son tablier, pour les jeter à l’eau. Et la Minouche, mère détestable, ne les cherchait même pas, accoutumée à en être débarrassée ainsi, croyant que la maternité finissait là. Elle se léchait encore, ronronnait, faisait la belle, jusqu’au soir où, dévergondée, dans les coups de griffes et les miaulements, elle allait chercher une ventrée nouvelle…

  • Oh ! Ma tante, cette fois, il faut lui en laisser un, disait à chaque portée Pauline, indignée et ravie des grâces amoureuses de la chatte.

La joie de vivre, Emile Zola

Chat et papillon de Jean-Jacques Bachelier

Chat et papillon de Jean-Jacques Bachelier

Commenter cet article

monica et la mer 29/04/2013 19:41

bonsoir
tu habite un village ?? suite à ton com tu me dit pas de coq ni d 'églises , donc pas de clocher bien sur
regarder le coq pour nous c 'est tout les jours parfois on le descend pour le repeindre loll
quelle histoire .
bises kénavo

caroleone 29/04/2013 20:45

Bonsoir Monica,


En fait j'habite ce que l'on appelle un gros bourg, mais nous n'avons pas de place de village ni d'église, nous avons une petite paroisse, c'est tout. Mais cela convient bien à mon athéisme, par contre je n'ai rien contre les églises en tant que bâtiments et je regrette que mon village n'ait pas de centre de vie. ça manque cruellement, on a essayé de dynamiser un peu le lieu de vie autour de la mairie avec l'arrivée d'une cité, mais cela ne marche pas. De plus, pour ma part, à cet endroit sont concentrés tous mes rendez-vous, associatifs, municipaux, sportifs et même le boulot, alors, se déplacer toujours au même endroit pour tout ceci, c'est rébarbatif, à un moment tu satures.

http://cocomagnanville.over-blog.com/article-23574917.html


Bises et regarde bien le coq pour moi Monica, ça me fera plaisir

caro
Si tu veux suivre ce lien qui ne va pas s'affiche, j'ai sur mon autre blog un article que j'ai fait sur ma ville.Elle est très sympa et agréable à vivre par ailleurs. Mais c'est une ville dortoir.

monica et la mer 29/04/2013 17:54

beau portrait de cette Minouche une gueuse je rit elle est si belle
et peut être à l' époque de ses bordées les rues n' étaient pas si meurtriéres
le petit pomm habite une rue plus passante que le mienne qui n est que une ruelle
et mes chats ne sortent pas loin les jardins attenants leurs suffisent
j 'ai très peur à l avenir pour pomm
samedi il à passé deux heures sur mes genoux , mais il à bien fallu que je me léve
les chats et moi c 'est beauxoup de choses et pour eux j' ai de la patience
kenavo CARO nous sommes avec soleil quelle chance ..

caroleone 29/04/2013 20:38

Bonsoir Monica,

C'est assez cocasse à vrai dire car on peut se féliciter à notre époque de l'avancée de la stérilisation qui permet aux chattes de sortir sans aller se battre pour les saillies, se faire blesser et attraper des maladies. Je n'aurais jamais laissé sortir tous mes chats s'ils n'avaient pas été stérilisés c'est certain. J'espère que Pomm va vite se remettre. Moi aussi j'ai des genoux à chats ou même à chien (petit), car je suis calme, celui de ma sœur qui est speed (c'est un jack russel) aime bien se coucher sur mes genoux.
Mais mes chats trouvent encore que je bouge trop. Ceux qui aimaient beaucoup me câliner avec une grande tendresse et un amour débordant, eux que j'ai élevés, Babar et Fanfan m'ont hélas quittée et je n'ai plus à la maison dans les 6 chats qui me restent un chat qui leur ressemblent à ce sujet là.

Bises et bonne soirée

caro

Corinne 28/04/2013 12:27

Superbe ce texte ! Vilaine Minouche si peu maternelle ..
Bisous Caro

caroleone 28/04/2013 14:36

Bonjour Corinne,

C'est bizarre néanmoins, celles de mes grand-parents et de mon oncle ne s'habituaient pas à ce qu'on leur prenne leurs petits. Ils en laissaient toujours un d'ailleurs, mais les chattes les cachaient pour ne pas se les faire prendre, les pauvres.
Quand on y pense, la stérilisation c'est quand même bien pour ces pauvres bêtes.

Bises et bon dimanche

caro