Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caroleone

 

32958061main-colette-jpg-saha.jpg

 

 

 

 

Poum

 

(Colette)

 

Je suis le diable. Le diable ! Personne n’en doit douter. Il n’y a qu’à me voir d’ailleurs. Regardez-moi, si vous l’osez ! Noir, d’un noir roussi par les feux de la géhenne. Les yeux verts poison, veinés de brun, comme la fleur de la jusquiame. J’ai des cornes de poils blancs, raides, qui fusent hors de mes oreilles, et des griffes, des griffes, des griffes ! Combien de griffes ? Je ne sais pas. Cent mille, peut-être. J’ai une queue plantée de travers, maigre, mobile, impérieuse, expressive – pour tout dire, diabolique.

 

Je suis le diable, et non un simple chat. Je ne grandis pas. L’écureuil, dans sa cage ronde, est plus gros que moi. Je mange comme quatre, comme six – je n’engraisse pas.

 

J’ai surgi en mai, de la lande fleurie d’œillets sauvages et d’orchis mordorés. J’ai paru au jour, sous l’apparence bénigne d’un chaton de deux mois. Bonnes gens ! Vous m’avez recueilli, sans savoir que vous hébergiez le dernier démon de cette Bretagne ensorcelée. « Gnome », « Poulpiquet », « Korriganet », « Korrigan », c’est ainsi qu’il fallait me nommer, et non « Poum » ! Cependant, j’accepte pour mien ce nom parmi les hommes car il me sied.

 

« Poum ! » le temps d’une explosion et je suis là, jailli vous ne savez d’où. « Poum ! » j’ai cassé d’un bond exprès maladroit le vase de Chine, et « Poum ! » me voilà collé, comme une pieuvre noire, sur le museau blanc du lévrier qui crie avec une voix de femme battue… « Poum ! » parmi les tendres bégonias prêts à fleurir, et qui ne fleuriront plus… « Poum ! » au beau milieu du nid de pinsons, qui pépiaient, confiants, à la fourche du sureau… « Poum ! » dans la jatte de lait, « Poum ! » dans l’aquarium de la grenouille, et « Poum ! » enfin sur l’un de vous.

 

Ce soir, tandis que le jardin arrosé sent la vanille et la salade fraîche, vous errez, épaule contre épaule, heureux de vous taire, d’êtres seuls, de n’entendre sur le sable, quand vous passez tous deux, que le bruit d’un seul pas ... Seuls ? De quel droit ? Cette heure m’appartient. Rentrez ! La lampe vous attend. Rendez-moi mon domaine, car rien n’est vôtre ici dès la nuit close. Rentrez ! Ou bien « Poum ! » je jaillis du fourré, comme une longue étincelle, comme une flèche invisible et sifflante. Faut-il que je frôle et que j’entrave vos pieds, mou, velu, humide, rampant, méconnaissable ?… Rentrez ! Le double feu vert de mes prunelles vous escorte, suspendu entre ciel et terre, éteint ici, rallumé là. Rentrez en murmurant : « Il fait frais » pour excuser le frisson qui désunit vos lèvres et desserre vos mains enlacées. Fermez les persiennes, en froissant le lierre du mur et l’aristoloche.

 

Je suis le diable, et je vais commencer mes diableries sous la lune montante, parmi l’herbe bleue et les roses violacées. Je conspire contre vous, avec l’escargot, l’hérisson, la hulotte, le sphinx lourd qui blesse la joue comme un caillou.

 

Et gardez-vous, si je chante trop haut cette nuit, de mettre le nez à la fenêtre : vous pourriez mourir de me voir, sur le faîte du toit, assis tout noir au centre de la lune !…

 

 

Source : alternatifs.eu

 

 

 



Commenter cet article

joe 03/12/2014 11:39

juste en passant... c'est la première fois que je tombe sur ce texte, et bizarrement, il y a une vielle légende Malgache, surtout dans la partie sud de Madagascar, qui parle d’être ou d'entité identique à cela (être maléfique à l'apparence d'un chattons, ou d'un enfant et dont les villageois reconnaissent et craignent le chant).

almanitoo 14/02/2013 18:29

Tu te régalerais de TOUS les textes de Colette ...
Merci Caro!

caroleone 14/02/2013 19:50



Oui, je te crois facilement Almanitoo.


Va falloir que je me réinscrive à la bibliothèque


Bises et merci de ta visite


 


caro



FAN 14/02/2013 17:39

Adorables et expressifs ces petits qui respectent le texte de Colette!!Bravo à l'instit!! BISOUS FAN

caroleone 14/02/2013 18:12



Bonsoir Fan,


 


J'ai bien aimé cette idée de faire réciter le texte aux petits, une belle façon de les initier au roman(félin de plus).


Avec les enfants on se régale toujours, c'est frais sans façon.


Bises et merci de ta visite


 


caro


 



almùanitoo 14/02/2013 16:40

Les mots, les récits, l'humour de Colette, quel bonheur..

caroleone 14/02/2013 18:06



 


 


Bonsoir Almanitoo,


 


Je pensais bien que cette page te plairais !


C'est un texte super bien écrit, je me suis régalée.


 


Bises


 


caro



monica et la mer 14/02/2013 15:11

c est vrai que les chats aiment les écrivains ou le contraire
ils doivent aimer le bruit du clavier
ou le crissement du stylo loll

caroleone 14/02/2013 18:06



Je crois que les personnes qui écrivent aiment s'entourer de la quiétude des chats et de leur façon d'être apaisante.


Quand j'écris mes poèmes, j'aime être au calme mais les chats qui sont toujours près de moi ne me gênent pas du tout.


Et les chats aiment se coucher sur nos documents, c'est fou, comme j'en étale partout, tu peux y aller que c'est dessus qu'il préfèrent se coucher ( et sur la souris aussi parfois)


 


Bises


 


caro