Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caroleone

 

DSC09795M

 

 

Tout d’abord, de son nez délicat il le flaire.

Le frôle ; puis, à coups de langue très petits,

Il le lampe, et dès lors il est à son affaire ;

Et l’on entend, pendant qu’il boit un clapotis.

 

Il boit, bougeant la queue, et sans faire une pause,

Et ne relève enfin son joli museau plat

Que lorsqu’il a passé sa langue rêche et rose

Partout, bien proprement débarbouillé le plat.

 

Alors, il se pourlèche un moment les moustaches

Avec l’air étonne d’avoir déjà fini ;

Et, comme il s’aperçoit qu’il s’est fait quelques taches,

Il relustre avec soin son pelage terni.

 

Ses yeux jaunes et bleus sont comme deux agates ;

Il les ferme à demi, parfois en reniflant,

Se reverse, ayant pris son museau entre ses pattes,

Avec des airs de tigre étendu sur le flanc.


 

Edmond Rostand, Le petit chat ( Les musardines, 1911)

 

 

 

 

 


Commenter cet article

almanitoo 09/03/2013 17:57

Non, pas de grenouilles de bénitiers chez un libre penseur,enfin mâme Caro, il était biologiste et avait ses labos chez lui car la recherche universitaire intra muros le gonflait!
Il habitait à Ville d'Avray, pas très loin de la maison ou Balzac avait vécu aussi, il y a des plaques, témoins de leur passage, alors que le mien n'est signalé nulle part.

daufin 06/12/2014 12:49

Merci bonne soirée

caroleone 09/03/2013 20:36



 


Ben, ce serait drôle qu'il en élève non ?


Je ne connais pas du tout son boulot et sa ville de résidence, tu m'apprends des choses tu vois.


Notre passage, non, ils s'en foutent, il faut le signer par nous-mêmes .


Bises et bonne soirée


 


caro



almanitoo 09/03/2013 15:09

Je ne connaissais pas ce texte d'Edmond Rostand, d'ailleurs je ne savais pas qu'il aimait les chats!
Tu sais qu'avant j'habitais près de la maison de son fils, Jean, qui lui s'occupait des grenouilles. Tu dois connaître toi qui partage les idées des libres penseurs.
Je l'ai vu plusieurs fois dans la rue à la fin de sa vie, ses grenouilles aussi d'ailleurs, qui traversaient la ville pour rejoindre les célèbres étangs de Corot.

caroleone 09/03/2013 17:06



Non, je ne savais pas que Jean s'occupait de grenouilles (de bénitier tu veux dire ?) , je me souviens juste que mon lycée pro s'appelait Jean Rostand.


Il habitait où tuiens au fait ?