Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par caroleone

 

Le youyou et les bélugas

A Sandrine

*************

 

Un jour, Gaston le youyou décida de se faire la belle.

Non pas qu’il était malheureux chez ses humains

Qui lui offraient toit, couvert et affection

Non,

La Pachamama, qui sur cette terre veille

Sur tous ses enfants petits et grands

A poils, à plumes, à peau ou à écailles

Lui avait confié une mission :

Gaston devait se rendre loin, là-bas sur la terre du Canada.

Là-bas dans cette patrie de froid de glace et de nature

Les hommes au pouvoir n’en avaient que faire

De cette nature prospère source de vie et source d’espoir

Ils s’employaient à détruire sans se soucier

Des gens, des bêtes et de la planète

A détruire toute source de vie

Tout ça pour les grands profiteurs

Qui sur cette terre, veillent sur leurs intérêts.

Le youyou et les bélugas

image Stan Shebs

**

Gaston, sa mission sous ses ailes vertes bien au chaud gardée

Devait se rendre auprès des bélugas

Faire son constat

Et ensuite rendre compte à Pachamama :

Les amis bélugas sont en train de périr, de mourir

De payer les pots cassés des inutiles méga projets

Ils s’échouent pauvres âmes en peine

Leur belle petite tête de baleine

Sur les plages sans pitié.

Gaston délaissa ses humains préférés

Et fit contre mauvaise fortune bon cœur

Pour devenir messager

Des animaux contre les hommes mauvais.

Le youyou et les bélugas

Carole Radureau (11/10/2014)

image Axel Bührmann

 

image ci-dessous Christian Schloe 

 

Le youyou et les bélugas

Commenter cet article

marquise 05/01/2015 11:17

Bonjour caro, j'ai trouvé une jolie illustration qui pourrait illustrer ce poème… je te l'envoie par mail. Bises de la marquise

caroleone 05/01/2015 11:21

Merci Marquise, j'ai hâte de voir ça.

Bisous


caro

caroleone 13/10/2014 12:43

Merci beaucoup, j'espère en effet que ce message sera utile.

Amitiés félines

caro

Chatdesîles 12/10/2014 12:28

Je souhaite que ce beau message passe ...
Chamitiés pour vous Caro et pour Sandrine